TAG #1 Mes habitudes de lecture

1bis

Bonjour à tous ! Je vous retrouve avec un article tout à fait différent des autres, mais que j’avais hâte de commencer : il s’agit d’un TAG ! J’en ai beaucoup regardé sur Youtube, qu’il s’agisse de TAG littéraires, comme tout autres types, et j’aime beaucoup ça. Bon… C’est vrai la raison de vivre première d’un TAG est de le faire lorsque quelqu’un vous a tagué précédemment… Mais j’ai décidé de ne pas attendre, alors commençons tout de suite !

Pour ce premier TAG, que j’ai trouvé sur le blog La Bibliothèque d’Ange, je vais répondre à des questions concernant mes habitudes de lecture. En espérant que ça vous plaira ! =)

QUESTION 1 | Marque-page ou n’importe quel morceau de papier ?

Marque-page, n’importe lequel tant que c’est un marque-page. Et si je n’en ai pas sous la main, alors le premier bout de papier qui passe ; mais remplacé dès que possible par un marque-page !

QUESTION 2 | Est-ce que tu peux t’arrêter de lire n’importe où dans le livre ou dois-tu attendre la fin d’un chapitre ?

N’importe où, non. À la fin d’un chapitre, pas nécessairement. Il faut seulement que ce soit à la fin d’un paragraphe, et dans la mesure du possible par un point à la fin d’une page. Et pour que ce soit encore plus parfait, j’aime bien quand je m’arrête sur la page de droite ! (pas trop exigeante la fille ça va…). Il m’arrive – très rarement cependant – de m’arrêter en milieu de page, mais toujours à la fin d’un paragraphe, sinon je ne m’y retrouve plus ! Et sans vouloir passer pour une psychopathe, il m’est très difficile de m’arrêter en pleine page… (hum hum).

QUESTION 3 | Est-ce que tu manges ou bois quand tu lis ? 

Il m’arrive de prendre mon petit déjeuner en lisant, mais c’est très rare. Surtout quand il faut que je lâche le livre pour me servir de mes couverts, le livre se referme, me coupe dans ma lecture, pas l’idéal !

QUESTION 4 | Multi-tâches : musique ou télévision en lisant ?

Autant je peux regarder la télé et écouter de la musique à foison quand je révise, autant pour lire un bouquin le silence est de rigueur ! Éventuellement quand il y a du bruit autour j’écoute de la musique, mais sans les paroles, sinon je chantonne au lieu de lire…

QUESTION 5 | Un livre à la fois ou plusieurs ? 

Généralement un à la fois, sauf quand je me déplace souvent de chez moi à chez mes parents. Dans ce cas là j’ai un livre en cours de chaque côté. Mais je préfères n’avoir qu’une lecture en cours à la fois !

QUESTION 6 | Lire à la maison ou ailleurs ? 

À la maison, dans le bus, dans la voiture pour aller en vacances (quand je ne suis pas malade…), dans les salles d’attente beaucoup !

QUESTION 7 | Lis-tu à voix haute ou en silence dans ta tête ? 

En silence dans ma tête, sauf quand je ne comprend pas un passage alors je lis à voix haute. Mais qu’on se le dise, il s’agit surtout d’ouvrages et de textes de cours que je n’arrive pas à comprendre, en général la compréhension est là, et heureusement pour mes lectures loisirs !

QUESTION 8 | Est-ce qu’il t’arrive de sauter des pages ou même de jeter un coup d’œil plus loin dans le livre ? 

Je ne saute jamais de pages (encore une fois excepté mes ouvrages techniques de cours…). De la même manière je ne supporte pas d’abandonner un livre, qu’il me plaise ou non. Je dois absolument le finir. Il est très rare que je zappe complètement un livre au milieu de ma lecture. Du coup sauter des pages est inimaginable pour moi, même si parfois des paragraphes restent un peu flous dans mon esprit (finalement ça reviendrai à zapper des pages…).

Il m’arrive rarement de jeter un coup d’œil plus loin dans ma lecture, sauf pour les bandes-dessinées et mangas, à mon grand désespoir ! Les dessins m’attirent trop sur la page suivante, au risque de me spoiler des moments importants…

QUESTION 9 | Casser le dos ou le garder intact ? 

Intact, intact, intact ! Je ne supporte pas d’avoir un livre au dos cassé. J’ai prêté une fois un livre à un ami qui a cassé le dos, l’expérience ne s’est jamais retentée. Et j’ai d’ailleurs racheté le livre en question tant il me plaisait et faisait tâche dans ma bibliothèque.

QUESTION 10 | Est-ce que tu écris dans tes livres ? 

Mis à part la date de l’acquisition et éventuellement le lieu d’achat sur la première page, et au crayon papier, non. Je n’aime pas du tout non plus écrire dans les livres, et si ça doit arriver (les cours, toujours les cours…) je le fais au crayon papier. Cependant lorsque j’achète des livres d’occasion j’aime retrouver des petites annotations, ça fait vivre le livre.

Et voilà, le premier TAG s’achève ici. En espérant qu’il vous aura plu !

À mon tour je TAG Florian et Freelfe, et bien sûr toutes les personnes qui le souhaitent !

À bientôt 🙂

Publicités

Les Adieux à la reine : le film & le roman de Chantal Thomas

Le film

Les Adieux à la reine

RÉSUMÉ : En 1789, à l’aube de la Révolution, Versailles continue de vivre dans l’insouciance et la désinvolture, loin du tumulte qui gronde à Paris. Quand la nouvelle de la prise de la Bastille arrive à la Cour, le château se vide, nobles et serviteurs s’enfuient… Mais Sidonie Laborde, jeune lectrice entièrement dévouée à la Reine, ne veut pas croire les bruits qu’elle entend. Protégée par Marie-Antoinette, rien ne peut lui arriver. Elle ignore que ce sont les trois derniers jours qu’elle vit à ses côtés.


Je ne parviens pas à me souvenir la première fois que j’ai vu ce film, mais une chose est sûre, même après l’avoir vu une troisième fois, je suis toujours aussi perplexe. J’ai beaucoup de mal à l’apprécier tant je reste sur ma fin à chaque coup. Vous me direz, mais dans ce cas pourquoi t’évertues-tu à le revoir ? Eh bien c’est pour vous en parler le mieux possible mes très chers !

Un penchant fortement négatif

Voyez, tellement je reste incertaine, je ne parviens pas à organiser mes pensées vis-à-vis de ce film, soit dit en passant, adapté du roman éponyme de Chantal Thomas, dont je parlerai plus loin. Étant donné que mon avis risque de pencher davantage en négatif, je vais commencer par là et finir par une touche plus positive, car il n’y a pas que des défauts tout de même. C’est assez frustrant car on voit les efforts faits pour que l’on s’attache aux personnages, notamment celui de Sidonie, lectrice et grande dévouée de la Reine Marie-Antoinette. Pourtant je ne suis pas parvenue à compatir à sa situation ni même à celle de tous les occupants de Versailles, qui sont en pleine crise de panique de trois jours durant – pour ceux dont la tête n’a bien évidemment pas encore été coupée… J’ai bien ressenti l’atmosphère critique que le réalisateur a voulu faire passer, notamment avec les musiques, mais malheureusement ces dernières n’ont pas été à la hauteur de la panique des aristocrates, valets et dames de chambre. En plus de ça on ne comprend pas instantanément ce qui les mets dans cet état, la Prise de la Bastille bien évidemment, mais leurs états d’esprits ne sont pas assez développés pour faire passer leurs émotions. L’évolution de l’histoire, quant à elle, n’est je trouve pas assez progressive, on passe d’un plan à l’autre avec la sensation de rater des éléments essentiels des événements. Dernier point négatif, comme je le disais plus haut, il s’agit de la fin. À chaque coup je ne peux m’empêcher de me poser des questions sur l’avenir de Sidonie : est-elle ne serait-ce qu’encore vivante ? J’ai pu avoir ma réponse dans le roman de Chantal Thomas, et bien heureusement car finalement ce n’est peut-être que le seul élément pour lequel j’éprouvais un intérêt à commencer la lecture de l’ouvrage.

Tout n’est pas noir

Les points positifs maintenant, qui sont moins nombreux, faisant pencher la balance du mauvais côté pour le film. Malgré le fait que les personnages ne m’ont pas transcendé, j’ai tout de même eu un léger attachement à Sidonie à la fin du film, tant sa dévotion est grande pour Marie-Antoinette. Le personnage de la Reine est je trouve plutôt bien interprété par Diane Kruger. On ressent pour le coup la lente progression vers les abysses de la Reine, perdant petit à petit l’espoir et les personnes qu’elle chérie. Enfin j’ai trouvé très intéressant le sujet de la Révolution à la suite de la Prise de la Bastille, en plein cœur du château de Versailles.


Le roman

Les Adieux à la reine

RÉSUMÉ : 1810. Vienne est une ville ruinée et humiliée par le passage et la victoire de Napoléon. Agathe, ancienne lectrice de Marie-Antoinette, se souvient des derniers jours de la reine à Versailles après la prise de la Bastille, et particulièrement de ce jour où la famille royale s’est enfuie. Avec une écriture fébrile et minutieuse, elle restitue le faste de la Cour, savamment orchestré par cette reine si controversée.


Le roman à privilégier par rapport au film

J’ai bien plus apprécié de lire le roman de Chantal Thomas que de voir son adaptation filmique. C’est déjà un bon point, même si ce n’était pas gagné ! J’ai eu un peu de mal au début, de peur si je puis dire de trop me référer aux personnages et acteurs du film. Finalement j’ai bien aimé en apprendre davantage sur cette lectrice de la Reine ainsi que sur les inquiétudes des résidents de Versailles. Celles-ci sont bien plus développées et suivies tout au long de ces trois jours d’incertitudes. J’ai éprouvé plus d’attachement pour le personnage principal qui nous raconte son vécu – c’est dès le départ que j’ai pu savoir ce qu’il était advenu de Sidonie (Agathe dans le roman), et je suis rassurée par l’avenir choisi par l’auteur ! On suit son personnage de bout à bout, à la pêche aux informations, aux angoisses qu’elle éprouve pour sa reine, à l’écroulement de la vie du château de Versailles.

En conclusion ce roman m’a permis d’imaginer la panique et les angoisses des personnes hautes placées pendant la Révolution française et d’en apprendre d’ailleurs davantage sur la Révolution elle-même – toujours une quiche en histoire… Mieux vaut privilégier le roman au film !

Paris, Paris, Paris !

Bonjour tout le monde ! Un petit article spécial pour vous parler de mon voyage ? Non, bien trop court pour parler de voyage. Ce n’était même pas un séjour pour tout vous dire ! Donc… Je m’égare… En gros, je vais (en plus de vous raconter ma life!) vous parler de ma petite journée à la capitale, en compagnie d’un grand homme qui n’est autre que Florian, mon meilleur ami. C’est d’ailleurs lui qui a lancé l’idée de faire une virée à Paris, et autant dire qu’on s’est éclatés ! Bon… Vous allez me dire « Mais quel rapport avec ton blog mis à part de vouloir raconter ta petite vie ? » Eh bien dans un premier temps je vous répondrai que je fais ce que je veux (nah!) et qu’au fond on n’est pas si loin du sujet de mon blog, si on peut dire que mon blog a réellement un sujet !

Alors alors… Par où commencer pour vous raconter tout ça ? On va dire par le début ! Et pour les inquiets (ou pas) je vais agrémenter l’article par pleins de photos ! =)

Donc donc ! Partis de notre campagne bretonne vers les 5h30 du matin (dur dur!) on est arrivés sur place sur les coups de 10h30 il me semble, place de la Concorde. Durant le trajet, entre les petits sommes inconfortables, on s’est fait un petit itinéraire, rapide et un peu improvisé – tout comme le « séjour » lui-même puisqu’on s’est décidé quelques jours avant ! Pour commencer du coup on est allé au Louvre, immensité ce musée, je n’y étais encore jamais allée ! Florian, lui, oui, et en tant que bon étudiant en histoire de l’art, j’avais un guide perso =) On s’est concentré d’un commun accord à visiter la partie égyptienne, il l’avait pas vue, moi non plus. Et allez savoir pourquoi, j’ai toujours été fascinée par les pharaons, les pyramides, Astérix et Obélix Mission Cléopâtre, et les momies (une grande histoire d’amour ces momies ! Mais je vous raconterai plus tard).

Nous voilà alors partis pour découvrir l’Égypte sous toutes ses coutures, pour 3 bonnes longues heures. L’exposition était super, mais faut bien avouer que c’est assez éreintant de piétiner tout le temps. Ce que j’ai retenu de cette exposition, plus au sens visuel qu’au sens de la connaissance (oui, mémoire de poisson rouge…) c’est principalement la première partie de l’exposition qui nous dévoile les anciens murs du Louvre. Pas grand rapport avec la civilisation égyptienne mais c’était intéressant, et une phrase nous a beaucoup marquée avec Florian :

« Tant l’archéologue que le bibliothécaire y retrouvent leur propre trace. (1. Un iceberg inversé. 2. La plus longue conversation du monde) »

Paris, Paris, Paris ! (1).JPG

On s’est assez vite sentis concernés dans l’histoire. L’archéologue pour lui, la bibliothécaire pour moi. Voilà, je sais pas trop comment expliquer, mais on a bien aimé !

Ensuite, la partie la plus impressionnante, ce qui me donne à rêver dans l’Égypte, ce sont les colonnes et les statues géantes. J’ai toujours vu l’Égypte dans sa grandeur en fait, c’est d’une beauté de voir ça ! Un jour j’irai à New-York avec toi en Égypte, il le faut ! « Ce tombeau sera mon tombeau ! » (cf. Mission Cléopâtre). Ok, j’ai pas envie de finir dans un tombeau… Mais avouez que c’était bien trouvé, non ? 😀 Petit photo de l’immensité des statues, même les pieds sont impressionnants ! Et en exclusivité mondiale, la main de Florian !

Paris, Paris, Paris ! (2).JPG

Et comme je suis sympa, je mets sa tête ! Pas celle de Florian, mais celle qui va avec le pied hein ! (Je me risquerai pas à me faire trucider pour une photo 😉 )

Paris, Paris, Paris ! (3).JPG

Ah ! Après on arrive… Aux sarcophages, et à ma très attendue… Momie ! C’est fou comme j’aime voir les momies, pourtant ça devrait plutôt me répugner de me dire qu’un corps loge là depuis plusieurs siècles… Mais non, au lieu de ça je suis fascinée de les voir. J’en ai vu deux dans ma vie : une aux Beaux-Arts de Rennes, l’autre au Louvre. Je trouve ça impressionnant, sans savoir vous expliquer pourquoi. Mais ne perdons pas de temps, c’est le moment de vous montrer mon chef-d’œuvre photographique dont je n’attendais qu’une chose au retour de Paris : voir la photo de la momie. Je suis plutôt contente du résultat. *roulement de tambour*

Paris, Paris, Paris ! (4).JPG

Voilà, voilà… En somme c’est une photo de momie, vue de son crâne – ou de ce qu’il en reste, mais ça on le voit pas! – en premier plan. Bon je vous cache pas que quand j’ai revu les photos, je me suis sentie bizarre en voyant cet humain mort depuis si longtemps. Je me sens un peu tarée parfois…

Ensuite – Florian sera content – je vous présente un des dieux égyptiens – je trouve cool qu’ils en ai autant d’ailleurs!), notre préféré, au niveau physique en tout cas :

Paris, Paris, Paris ! (5).JPG

TADAAAAAA ! Voilà, voilà… Pour le plaisir des yeux !

Sinon… Je dois bien avouer que le bâtiment du Louvre lui-même est tout bonnement sublime ! Le Louvre est une œuvre d’art à lui tout seul. C’est assez sympa de trouver des œuvres égyptiennes dans un cadre du… XVIIIème ? Je suis pas bien sûre du siècle, un grand pardon, promis je vais réviser tout ça !

Paris, Paris, Paris ! (6).JPG

Bon… Je me dois quand même de vous mettre une photo de la pyramide du Louvre. Au cas où vous l’auriez pas vue. Même si je sais que c’est connu. Voilà, voilà. Et parce-que Florian s’est embêté à essayer de prendre une photo, mais qu’il y avait ce fichu câble rouge. Mais moi j’aime bien cette photo. Voilà, voilà (bis).

Paris, Paris, Paris ! (7).JPG

Oh ! J’allais oublier ! J’ai vu la Joconde aussi. Rien de bien impressionnant, et facile à trouver vu que c’est bien la seule œuvre indiquée dans tout le Louvre. Mais je voulais aller la voir, histoire de dire que je l’ai vue une fois dans ma vie, m’voyez ? Pour ceux que ça intéresse, la pièce où se trouve est bourrée d’œuvres d’art plus belles et plus immenses les unes que les autres, y a même un super méga grand tableau derrière le mur de la Joconde, c’est bien aussi, et la foule qui est devant est moins grande, autant en profiter 😉

Et s’en est finie pour le Louvre. C’était bien sympa, et heureusement gratuit pour les étudiants, je peux même pas imaginer le prix si l’on voulait visiter TOUT le musée. Parce-que 3h pour la partie égyptiennes seulement, il faut presque un mois pour tout voir ! Mais si j’ai l’occasion j’irai voir une autre partie =)

Petite pause sandwich (maison s’il vous plaît!). Florian a pas voulu que je donne à manger aux pigeons, et j’ai vite compris pourquoi. Mais ils étaient cool ces pigeons quand même ! – presque description de touriste pour parler des pigeons parisiens ! Mais j’étais une touriste donc j’ai le droit 🙂

Ensuite c’était reparti. Petite promenade sur les quais pour arriver à une des librairies Gibert Joseph. Florian m’en parlait depuis que l’on avait prévu de partir à Paris, du coup passage obligé par là. C’est tellement immense comme endroit ! Et le rêve pour acheter des livres pas chers. Autant vous dire qu’on a fait la rasia là-bas, dans les moyens de nos petits bras musclés. Quatre étages de livres, neufs ou d’occasion – j’ai d’ailleurs (re)découvert une passion pour les livres d’occasion ! Je trouve ça tellement chouette d’avoir des bouquins qui vivent à travers plusieurs personnes… Sûrement pour ça que je veux travailler en bibliothèque !

On est ressortis de la librairie avec quelques merveilleux bouquins, et en ayant vu les frères Bogdanov ! Oui, oui, si c’est pas merveilleux tout ça ! Bon après on est pas restés, on était juste contents d’avoir vu des gens célèbres, même de pas si près. Pas de photo à l’appui, mais vous me croyez n’est-ce pas ?

Ensuite, on a marché une dizaine de mètres, et on a vu une autre librairie de livres d’occasion Boulinier. Plus petite que Gibert Joseph, mais avec un fonds immense quand même. On est ressortis une fois de plus avec quelques livres. Rebelote quelques mètres plus loin, deux fois. Je suis donc revenue en Bretagne avec 9 bouquins pour 23€, ce qui me semble tout à fait raisonnable !

Paris, Paris, Paris ! (8).jpg

Et surtout des souvenirs plein la tête. Merci de m’avoir proposé cette journée ❤

Petit + : montage de Florian, qui résume plutôt bien la journée – surtout la partie égyptienne du Louvre en fait !

Paris, Paris, Paris ! (9).jpg

The Walking Dead, la série

The Walking Dead

RÉSUMÉ : Après une apocalypse ayant transformé la quasi-totalité de la population en zombies, un groupe d’hommes et de femmes mené par l’officier Rick Grimes tente de survivre… Ensemble, ils vont devoir tant bien que mal faire face à ce nouveau monde devenu méconnaissable, à travers leur périple dans le Sud profond des États-Unis.

The Walking Dead, c’est quoi ?

Pour les plus égarés de la planète, en gros, ça parle de zombies. Enfin en apparence en tout cas. Certes il s’agit d’une apocalypse où la seule chose à faire est d’essayer de survivre à des hordes de morts-vivants, sinon ben… Tu deviens toi même un mangeur d’hommes. Pourtant, comme je le disais, et comme Robert Kirkman (créateur de la BD) le dit lui-même dans sa postface des deux premiers tomes de la série (Passé décomposé et Cette vie derrière nous), son but n’était pas de parler de zombie ni même de nous effrayer. Son objectif était de montrer l’évolution de l’Homme dans un monde apocalyptique tel que celui-ci.

Contrairement à la bande-dessinée sortie en première en 2003, j’ai commencé par la série télévisée, sortie en 2010. Je dois bien l’avouer, au début j’étais plutôt réticente quand à regarder la série, grande trouillarde que je suis. Mais forcée et contrainte – ou presque ! – par l’enthousiasme de mes amis quand à ce phénomène – appelons un chat un chat – j’ai fini par me jeter à l’eau. J’ai commencé par regarder le premier épisode en journée, et pas seule face à mon écran (pas folle quand même!). Le verdict est vite tombé : j’avais hâte de regarder la suite ! Pas si gore que ça comme série, ou en tout cas on s’y habitue à ces corps en décomposition. J’ai rapidement continué la série seule, et même que maintenant je la regarde juste avant de dormir sans même en faire des cauchemars ! Si elle est pas belle la vie… ! Après attention tout de même, j’en connais qui le vivent moins bien, mais je ne donnerai pas de noms ! Même sous la torture… Hmm… Je m’égare !

Un coup de cœur

La saison 6 actuellement en pause – à mon grand désespoir ! – je suis totalement accro à cette série ! J’ai rapidement compris qu’il fallait suivre assiduement les épisodes dès leur sortie, sans quoi le spoil risquait de surgir (toujours de manière non crédible) et même en regardant les épisodes le jour de leur sortie, j’en viens à connaître les moments les plus importants de l’intrigue quelques heures avant de le découvrir de manière traditionnelle (dans l’épisode quoi).

Globalement, comme vous l’aurez je pense compris, j’adore la série. Mais pourquoi ? Qu’est-ce qui me plaît ? Si l’on oublie le fait que je commence à bien aimer les scènes de zombies décomposés – dont les giclées me manquent ostensiblement quand je regarde la série Once Upon a Time () – je suis réellement fan de voir l’évolution des personnages. C’était bien le but du créateur de Walking Dead : se centrer sur les protagonistes, et à mon sens, c’est totalement réussi ! Rick Grimes, personnage principal que l’on suit de A à Z, évolue de manière incroyable au fil des saisons. Il en est de même de tous les autres personnages principaux, qui malgré de grands risques de les voir disparaître dans la série (faut pas oublier qu’ils sont en mode survie quand même), nous en font voir de toutes les couleurs. Une des premières choses que j’ai pu remarquer au fil de la première saison – et qui s’est confirmé au cours des autres – c’est que comme les personnages évoluent constamment, on en vient à les détester puis à les aimer dans la minute qui suit. C’est impressionnant comme Robert Kirkman met en scène les évolutions que nous pourrions nous-mêmes subir dans ce genre de situation. C’est démonstratif des effets que peuvent apporter les situations de crise dans notre société.