My old lady

My old lady

RÉSUMÉ : Mathias, quinquagénaire new-yorkais, arrive à Paris pour vendre l’appartement que lui a légué son père. Il découvre que cette belle demeure est habitée par une vieille dame, Mathilde, qui vit en compagnie de sa fille Chloe. Il apprend bientôt que Mathilde et son père furent amants.

Bonjour à tous ! Je vous retrouve enfin avec un article. Puisque même si je ne suis plus très présente du fait du rendu imminent de mon mémoire de master, je tiens au moins à publier mon article des Extravagances à l’heure ! Par conséquent, voici mon avis sur My old lady afin de répondre au thème du mois de mai : « Un film avec Kristin Scott Thomas en actrice ». Pour ne rien vous cacher, et peut-être que vous l’avez déjà vu sur ma page facebook, j’ai beaucoup de mal avec cette actrice. Vue dans Elle s’appelait Sarah où je l’ai détestée, à contrario du personnage du roman (dont j’ai déjà parlé) que j’ai adoré. Je l’ai également vue dans Il y a longtemps que je t’aime, que l’on m’avait conseillé. J’ai davantage apprécié son rôle d’actrice, mais mon avis est resté mitigé. Quand on voit sa longue liste de rôles, je ne peux que remettre en question mes goûts (peut-être n’ai-je pas vus les bons films?). Voyons avec ce personnage qu’elle a incarné dans My old lady. J’ai d’ailleurs longuement hésité entre trois films, mais la présence de Maggie Smith, que j’aime beaucoup, a fini de me convaincre.

Un doublage français décevant

Je n’ai pas réussi à mettre la main sur la version originale (à moins qu’il n’existe qu’en français?). Par conséquent j’ai été très frustrée, d’autant que je voulais découvrir (enfin) Kristin Scott Thomas dans son registre natal. Mais finalement, ce qui m’a le plus déplu quant aux voix s’est avéré être celle du personnage masculin principal, incarné par Kevin Kline. Le doublage était tout bonnement foireux, en désaccord total avec le caractère du personnage. Les voix données ont rendu difficile mon appréciation première du film.

Une musique clichée mais appréciable

J’ai par ailleurs beaucoup apprécié les musiques du film. Très « françaises » afin de coller au stéréotype musical parisien (vu par les étrangers, évidemment nous écoutons quand même peu de l’accordéon à longueur de journée!). Quoi qu’il en soit le film présente une jolie bande-son qui ajoutent de la beauté aux images capturées de notre belle Capitale.

Des personnages attachants

J’ai été pour le moins décontenancée vis-à-vis d’un personnage, certes secondaire, mais qui me donnait l’impression d’un mauvais acteur. Il s’agit de l’agent immobilier par Dominique Pinon. La manière d’être du personnage ne m’a pas plu et me semblait complètement hors contexte, dans une pièce de théâtre peut-être, avec une accentuation trop forcée des traits de caractère ? Au cours du film, j’ai quand même quelque peu réussi à cerner le personnage, qui finalement fait partie intégrante de l’histoire et dont la personnalité colle plutôt bien.

Le personnage de Mathilde, quant à lui incarné par notre ‘sorcière’ Maggie Smith, est très attachant. On y découvre une nonagénère à la personnalité et au vécu complexe. Pleine d’humour, elle fait également preuve de beaucoup d’ironie et est ballottée entre ses illusions et la réalité. Émouvante dans son rôle de femme et de mère aimante, Mathilde nous émeut à chaque moment, que nous soyons d’accord ou pas avec ses opinions. Elle nous dépeint d’une certaine manière la vieille époque où elle a vécut, dans toute sa complexité, notamment en matière de mariages.

J’ai été par ailleurs très surprise par Kristin Scott Thomas, qui a rapidement su me convaincre par son rôle très attachant. Peut-être est-ce dû à sa personnalité modeste, à la recherche d’une stabilité affective, en terme de famille comme d’amour. En ayant tout le poids familial sur ses épaules (secrets, mère bercée d’illusions), le rôle de Chloé se révèle très énigmatique, notamment dans sa relation avec Mathilde (sa mère).

Le personnage masculin, Mathias, va quant à lui remonter dans mon estime vers la moitié du film. Au départ exécrable, sans cœur, et, je le redis, sans doublure qui se respecte, on s’attache petit à petit au personnage, au moment des révélations familiales. Finalement, on prend conscience de ses faiblesses au moment où lui-même s’en rend compte. En perpétuel conflit avec son père – pourtant décédé – on va pouvoir découvrir passé fait de souffrances et de complexité.

Nous sommes mêlés dans cette histoire entre deux images paternelles et maritales, entre deux relations mère/fille et père/fils qui au premier abord paraissent des plus éloignées, alors que finalement se cachent beaucoup de similitudes. Les personnages vont se déchirer, se réconcilier, se détruire, jusqu’à un dénouement des secrets de famille. Beaucoup de rancœurs sont présentes dans cette histoire, mais aussi beaucoup d’espoirs. Je terminerai d’ailleurs par une jolie citation de Samuel Beckett que l’on retrouve dans le film :

« Si tu ne m’aimes pas, je ne serai jamais aimée » Samuel Beckett

Publicités

Une réflexion sur “My old lady

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s