Room de Emma Donoghue

Room.jpg

RÉSUMÉ : Sur le point de fêter ses cinq ans, Jack a les préoccupations des petits garçons de son âge. Ou presque. Il ne pense qu’à jouer et à essayer de comprendre le monde qui l’entoure, comptant sur sa mère pour répondre à toutes ses questions.

Cette mère occupe dans sa vie une place immense, d’autant plus qu’il habite seul avec elle dans une pièce unique, depuis sa naissance. Il y a bien les visites du Grand Méchant Nick, mais Ma fait tout pour éviter à Jack le moindre contact avec ce personnage. Jusqu’au jour où elle réalise que l’enfant grandit, et qu’elle ne va pouvoir continuer longtemps à entretenir l’illusion d’une vie ordinaire. Elle va alors tout risquer pour permettre à Jack de s’enfuir. Mais l’enfant va-t-il réussir à trouver des repères loin de leur univers ? Quel accueil lui réservera le monde extérieur, lui l’enfant né de la captivité d’une femme ?

Je ne pensais pas commencer 2018 par une lecture coup de cœur, et pourtant.

Un monde réduit vu au travers des yeux d’un enfant

Room, écrit du regard d’un enfant de 5 ans, ne m’a pas instantanément plu. Les quelques premières pages ne m’ont pas tout de suite captivée, le style étant assez particulier. En effet, lire dans les pensées d’un jeune enfant est assez déstabilisant. Malgré tout, j’ai rapidement été happée par l’histoire, par cet univers où sont forcés de vivre Jack et sa maman. Je parle bien là d’univers puisqu’effectivement peu de choses ressemblent réellement au ‘vrai’ monde dans lequel nous vivons. L’espace est réduit, les possibilités d’y vivre pleinement le sont aussi. Pourtant l’imagination et la vie sont bien présents. C’est un nouveau monde qui nous apparaît, qui à la fois fascine et effraie. Et dans ce monde vivent deux personnages si attachants qu’il en devient cruel de les voir enfermés.

Lorsque la survie et la sécurité se mêlent

La maman, qui connaît désormais deux mondes (le nôtre, qui était le sien ; et celui qu’elle s’efforce de bâtir pour son fils), fait au mieux pour ne pas bercer d’illusions Jack. Lui, vogue dans son monde fait sur-mesure, et pose son regard d’enfant sur chaque chose, chaque coin de la pièce. De par ses yeux d’enfant qui ne connaît qu’une infime partie du monde, j’ai été tout bonnement bouleversée. Je me suis sentie comme piégée par mon incapacité à pouvoir leur porter secours. Subsiste en outre une barrière entre la maman, qui sait ce qui est mieux pour son fils, qu’elle se doit de sortir de la Chambre pour leur survie mutuelle ; et Jack, qui comprend la détresse de sa maman, mais qui au fond ne veut pas quitter la pièce, le seul univers dont il a connaissance.

Une véritable pépite

Bien plus que la tentative d’une fuite, d’un échappatoire, Emma Donoghue nous livre deux personnages criants de réalisme et de sincérité face à leur situation particulière.

Sans vous en dire plus pour ne pas vous spoiler toute l’histoire – en plus parties d’ailleurs ce qui m’a d’abord interpellée et ce qui s’est avéré plus que judicieux voir nécessaire – je vous invite très vivement à découvrir et à vous imprégner de cette petite perle, qui m’a littéralement mis une claque.

« « Attention ! »

Pourquoi les gens disent ça juste après qu’on s’est fait mal ? »

Publicités

Une réflexion sur “Room de Emma Donoghue

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s