Pourquoi j’ai mangé mon père (The Evolution Man) de Roy Lewis

Pourquoi j'ai mangé mon père

RÉSUMÉ : Ernest, un jeune homme préhistorique du Pléistocène moyen raconte les aventures de sa famille et en particulier de son père Édouard, féru de sciences et pétri d’idées généreuses. Pour échapper aux prédateurs de l’Afrique orientale, Édouard invente successivement le feu, les pointes durcies à la flamme, l’exogamie et l’arc. Seul l’oncle Vania voit cette débauche de progrès d’un mauvais œil et ne se prive pas de critiquer Édouard, en profitant toutefois de ses dernières trouvailles : si son cri de ralliement est « Back to the trees! », il le pousse volontiers auprès d’un foyer rassurant.

Le reste de sa famille est également inventif : la mère découvrira la cuisson des aliments alors que Ernest et ses frères se distingueront chacun à leur manière, tel William, qui tentera de domestiquer un chien, Alexandre qui à l’aide de morceaux de charbon dessinera des images contre les rochers ou encore Oswald qui poussera, en bon chasseur, la famille à la vie nomade.

L’incendie accidentel de la savane, le don du feu à des tribus adversaires, puis la découverte de l’arc donnent lieu à de nombreuses controverses conduisant au dénouement tragique qui justifie le titre français.

Bonjour à tous. Aujourd’hui je vous parle du roman du sociologue Roy Lewis Pourquoi j’ai mangé mon père.

L’évolution envers et contre tout ?

Roy Lewis nous livre ici une histoire préhistorique, de prime abord, avec une famille/horde plutôt avancée sur son temps. Le chef/père Édouard est pour ainsi dire un inventeur, et fera tout pour montrer sa puissance et sa malice grâce à ses inventions (comme la ‘maîtrise’ du feu).

Malheureusement cela ne plaît pas à tout le monde – comme à son frère Vania qui préfère vivre dans les arbres – « Back to the trees » – que dans des cavernes ‘sécurisées’ et ‘tout confort’. Selon lui, provoquer et accélérer l’évolution fera courir à la perte de la tribu et de l’humanité, puisque ce serait contre nature.

Ce qui est intéressant dans ce récit, au-delà du caractère humoristique apporté par les différents personnages – et les nombreuses références bibliques comme culturelles – c’est le parallèle entre le contexte, indéniablement préhistorique, et les réflexions contemporaines sur une société elle aussi contemporaine. Le mélange permet de rendre compte d’une réalité plus qu’actuelle en termes de recherches scientifiques, de conflits et de guerres, et d’autres maux dont peut souffrir l’humanité, malgré les avantages et le confort de nombreuses inventions existant depuis quelques années ou depuis la Préhistoire même. Une bonne lecture enrichissante et agréable !

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s