Marion : 13 ans pour toujours de Nora Fraisse

Marion 13 ans pour toujours.jpg

RÉSUMÉ : « Marion, ma fille, le 13 février 2013, tu t’es suicidée à 13 ans, en te pendant à un foulard, dans ta chambre.

Sous ton lit en hauteur, on a trouvé ton téléphone portable, attaché au bout d’un fil, pendu lui aussi pour couper symboliquement la parole à ceux qui, au collège, te torturaient à coups d’insultes et de menaces.

J’écris ce livre pour te rendre hommage, pour dire ma nostalgie d’un futur que tu ne partageras pas avec moi, avec nous.

J’écris ce livre pour que chacun tire les leçons de ta mort. Pour que les parents évitent à leurs enfants de devenir des victimes, comme toi, ou des bourreaux, comme ceux qui t’ont fait perdre pied. Pour que les administrations scolaires s’évertuent à la vigilance, à l’écoute et à la bienveillance à l’égard des enfants en souffrance.

J’écris ce livre pour qu’on prenne au sérieux le phénomène du harcèlement scolaire.

J’écris ce livre pour que plus jamais un enfant n’ait envie de pendre son téléphone, ni de suspendre à jamais sa vie. »

C’est un récit dur que j’aborde aujourd’hui. Lorsque j’ai appris l’existence de ce livre il y a quelques années – et l’histoire qu’elle renferme – je me souviens avoir été choquée et bouleversée. Je m’en veux un peu « d’attendre » un témoignage à l’issue aussi funeste du harcèlement scolaire pour réaliser son ampleur, et en même temps je le remercie d’exister afin de nous ouvrir les yeux.

Un message fort transmis et à transmettre

Le harcèlement scolaire (et non scolaire d’ailleurs) existe. Beaucoup en font et en ont fait les frais durant leur adolescence, à plus ou moins grande échelle, à plus ou moins grande(s) conséquence(s). La période du collège n’est pour le moins pas une partie de plaisir pour certains, ça se poursuit ou recommence parfois au lycée selon la maturité et/ou les effets de groupe.

Ce témoignage et cette enquête longue et douloureuse sur le suicide de Marion apparaît comme plus que précieux, essentiel. C’est un message fort qu’il est indispensable de transmettre à chacun de nous (enfants, adolescents, adultes, parents, enseignants, surveillants et j’en passe). Nous sommes tous concernés que nous soyons grands ou petits, harceleurs ou harcelés, ou même « neutres » si tant est que cela soit possible. Chacun a sa part de responsabilités, nous nous devons d’ouvrir les yeux pour que cette jeunesse avance et évolue dans de bonnes conditions, en sécurité.

Rappelez-vous votre passage au collège : n’y a-t-il jamais un moment où vous avez souffert de quelque manière que ce soit ? L’adolescence est une étape de la vie où beaucoup se cherchent, en essayant de se faire accepter par les autres, au détriment de certains. L’adulte – quelque soit son niveau de responsabilités – se doit de les aider à trouver leur place, dans le respect de chacun.

Un grand merci pour ce témoignage, pour le courage qu’il a fallu et qu’il faut encore à cette famille pour surmonter cette épreuve.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s