Limbes de Melania G. Mazzucco

Limbes.jpg

RÉSUMÉ : À la veille de Noël, Manuela Paris, 27 ans, rentre dans sa ville natale en bord de mer, près de Rome. Des années auparavant, elle avait tout quitté pour s’enrôler dans l’armée. Manuela fuyait une adolescence malheureuse, difficile. À force de courage, de détermination et de sacrifices, elle a réussi à avoir la vie dont elle rêvait : elle est devenue chef de peloton dans le désert afghan.

Cette fois, c’est à tout autre chose qu’elle essaie d’échapper. Manuela est hantée par le souvenir d’un attentat dont elle est sortie gravement blessée. Ses cicatrices l’ont menée à une guerre nouvelle, non moins insidieuse, contre les cauchemars, la désillusion, la souffrance et la victimisation.

C’est en rencontrant un inconnu qu’elle va revenir à la vie. Leur relation oblige Manuela à revisiter son passé et à découvrir les secrets qu’elle et les siens ont refoulés au plus profond d’eux-mêmes. Limbes est l’histoire d’une renaissance.

Source : Livraddict

Bonjour à tous ! Aujourd’hui je vous emmène avec moi en Italieet en Afghanistan – en compagnie de Manuella Paris.

Entre Afghanistan et Italie, les émotions sont présentes

Limbes est un livre touchant qui retrace l’histoire de Manuella, jeune soldat en Afghanistan, ayant beaucoup perdu lors de sa dernière mission. Les mots sont crus, sans fioritures et nous place face aux difficultés et traumatismes des soldats de l’armée. Mais ce n’est pas tout, l’alternance des chapitres en Afghanistan – au cours de sa périlleuse mission – et des chapitres en Italie – où Manuella tente de se reconstruire autant physiquement que psychologiquement – nous embarque au creux même des pensées et des émotions du personnage principal.

Un réapprentissage de la vie en duo

Lorsque Manuella croise le chemin de Mattia, le seul homme à louer une chambre dans l’hôtel en face de l’appartement de notre protagoniste, tout se voit bouleversé en elle. Une cohésion et une confiance sont indéniables entre les deux personnages, mais finalement ni Manuella, ni sa famille, ni nous, lecteurs, ne connaissons Mattia. Les deux personnages communiquent par les gestes, les corps, très peu par la parole. Ils se comprennent mutuellement sans avoir à se justifier ni à raconter leurs propres histoires.

Jusqu’au moment où nous apprenons le vécu de Mattia, où Manuella semble renaître de ses cendres et vivre à nouveau dans une vie différente de celle qu’elle connaissait jusqu’alors – jusqu’au moment où chez elle ne rime plus avec l’Afghanistan, avec l’armée, mais bien avec sa ville natale en Italie – je reste sur ma fin qui n’aura pas eu le happy ending que j’espérai, mais qui malgré tout est plus que cohérent.

Une très bonne lecture !

Publicités

Une réflexion sur “Limbes de Melania G. Mazzucco

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s