Troisième humanité, tome 1 de Bernard Werber

Bonjour à tous ! Je vous retrouve aujourd’hui avec non seulement un coup de ♥, mais aussi pour une première découverte de Bernard Werber avec le premier tome de Troisième humanité.

Lire la suite « Troisième humanité, tome 1 de Bernard Werber »

YOUTUBE – J’ai aimé #1

Hello tout le monde ! Je vous reviens ENFIN avec un tout nouvel article, qui plus est dans une toute nouvelle catégorie, et cerise sur le gâteau… dans un tout nouveau design ! Si ça c’est pas beau… Bref ! Aujourd’hui je vous parle vidéo. Je suis très contente de vous proposer ce nouveau contenu qui parle de Youtube, et des vidéos que j’ai pu aimé au cours des dernières années. Je passe énooooooormément de temps à regarder des vidéos Youtube, et en découvrant un peu par hasard la fonctionnalité « Vidéos J’aime » et en en regardant quelques « anciennes », l’idée m’est venue de partager avec vous cette passion non dissimulée que je voues à Youtube ! Alors préparez-vous, prenez un petit plaid, une boisson chaude (franchement vu le temps c’est largement mérité!), et voyons ensemble l’une des 5000 vidéos que j’ai aimé par le passé et laissez-moi vous expliquer pourquoi ! NB : le compteur à l’air de se bloquer automatiquement à 5000 vidéos likées donc… on ne trouvera malheureusement pas les vieeeeeiiiilles vidéos que j’ai pu apprécier !

Lire la suite « YOUTUBE – J’ai aimé #1 »

Podium Littéraire #2 – Cérémonie du 7 octobre 2019

2019

Hello tout le monde ! Je vous reviens aujourd’hui pour mon deuxième podium littéraire (pour voir celui de l’année passée, c’est par ici!). Le principe est simple : sur une année de lecture, je vous présente mes trois favoris, ainsi qu’un classement par genres. J’avais adoré le faire la dernière fois et je suis toute excitée de vous présenter celui-là !

Lire la suite « Podium Littéraire #2 – Cérémonie du 7 octobre 2019 »

Ça m’inspire #4

Citation 4

Une petite citation que je trouve jolie et qui selon moi a beaucoup de sens. Je n’ai pas grand chose à y ajouter, elle parle d’elle-même. Malgré le deuil, notre cœur ne sera finalement jamais vraiment cicatrisé. Couplé à la douce mélodie et à la douce voix de Damien Dice, tout prend son sens : « But you’ve been gone for so long. » (« Mais tu es parti depuis si longtemps. »)

Big Bag réalisé par Daniel Greaves

Big Bag.jpg

RÉSUMÉ : Une démonstration de ces moments où la vie vous accable.

Bonjour à tous ! Aujourd’hui, petit article particulier puisque j’ai décidé de vous donner mon avis sur… un court-métrage ! Celui-ci, Big Bag, a été présenté en amont du film Grâce à Dieu dans ma salle de cinéma.

Big Bag, se sont moins de deux minutes d’un petit film muet aux dessins simples et noirs et blancs, avec un plan fixe sur la chambre du personnage. La petite histoire que présente Daniel Greaves est celle d’un homme qui semble partir en vacances, avec son sac à dos bien (vraiment bien) rempli et conséquent. Instantanément, ce personnage (dont on ne connaît pas l’identité), tombe à la renverse avec cet énorme sac de voyage, qu’il va devoir se trimballer jusqu’à son lieu de destination. Mais avant ça… Il va devoir faire face à tout un tas de péripéties afin d’atteindre ne serait-ce qu’un taxi. Effet boule de neige, tout s’enchaîne avec difficultés pour cet homme qui doit semble-t-il faire face à un énorme karma.

L’histoire est très drôle, la mise en scène parfaite : le plan fixe qui pousse à observer chaque élément, des effets de flous qui amènent le regard au bon endroit. Une note finale qui s’ajoute à la compilation de catastrophes. Bref, un court-métrage coup de cœur !

Podium Littéraire #1 – Cérémonie du 7 octobre 2018

 

2018bis.jpg

Bonjour tout le monde ! Aujourd’hui je vous présente – enfin – une petite folie qui nous est venue avec mon blogueur acolyte Florian : nous avons décidé d’établir, sur une année complète, un podium de nos lectures. Ainsi, je peux vous présenter mes trois lectures préférées entre le 8 octobre 2017 et le 7 octobre 2018. Vous pourrez également visualiser mes classements selon les genres littéraires que j’ai pu lire durant l’année. Il était quand même temps que je vous présente ça… Depuis octobre quand même ! Bon lecture…

Lire la suite « Podium Littéraire #1 – Cérémonie du 7 octobre 2018 »

Le garçon au pyjama rayé (The Boy in the Striped Pyjamas) réalisé par Mark Herman

Le garçon au pyjama rayé

RÉSUMÉ : Seconde Guerre mondiale. Bruno a tout juste 9 ans lorsque son père, un officier nazi remarqué par le Führer, se voit confier le commandement du camp de concentration d’Auschwitz. Le petit garçon n’apprécie guère de devoir quitter la belle et grande maison de Berlin pour se retrouver dans une demeure isolée et triste. De sa chambre, il aperçoit des hommes, des femmes et des enfants tous vêtus de pyjamas rayés. Personne ne lui explique qui ils sont, mais l’innocence aidant, il va se lier d’amitié avec un enfant juif…

Me voilà avec les Extravagances du mois d’août 2017 (presque pas en retard… hm…) avec un très grand enthousiasme ! La thématique était celle d’un « film britannique », ce qui n’a pas été une mince affaire à choisir étant donné le nombre d’œuvres cinématographiques produites… Je suis cependant plus que ravie de vous parler aujourd’hui d’un film qui m’a complètement mis une claque : Le garçon au pyjama rayé, réalisé par Mark Herman.

Lire la suite « Le garçon au pyjama rayé (The Boy in the Striped Pyjamas) réalisé par Mark Herman »

Come with me… au Bénin #5

DSC_0767.JPG

Voilà une semaine maintenant que j’ai atterris. Enfin… Voilà un bien grand mot que de dire que j’ai atterris en France, car en réalité j’ai encore la tête en Afrique – au Bénin – à l’heure qu’il est. Physiquement je suis bien de retour en France, je reprends ma vie tranquillement, je reprends mes marques paisiblement. À côté de ça je vois les autres volontaires, services civiques, SVI encore sur place continuer leur vie là-bas, leur petit bout de chemin ; je suis déjà mélancolique en voyant leurs photos, leurs aventures. Une seule envie : y retourner. Partager encore tout ça avec eux, avec les béninois et béninoises que j’ai pu rencontrer durant ces sept semaines. En rencontrer d’autres, découvrir encore leur culture.

Pour le moment, le quotidien français reprend sereinement sa place. Mais petits détails changeants : une part de mon quotidien béninois prend place à ses côtés. Je me surprends à me nourrir différemment (bien mieux certainement?) depuis que je suis revenue : je suis indéniablement attirée par les fruits exotiques – ananas, mangues, papayes, etc. Seront-ils aussi bons que là-bas ? J’en doute. En mangerai-je quand même ? Certainement ! J’ai envie de conserver toutes ces petites choses qui ont rendu ce voyage grandiose : fruits, légumes, une chose à la fois (ou presque), solidarité, sociabilité, méditation, potager, et j’en passe.

J’espère pouvoir découvrir à nouveau ce pays merveilleux qu’est le Bénin. J’aimerai aussi découvrir tant d’autres pays avec leur culture respective, ses habitants, ses coutumes, son climat.

Peu de semaines avant mon départ, l’un de mes cousins ayant beaucoup voyagé m’avait dit (pas forcément dans ses termes, je m’en excuse…) : « tu verras, quand tu voyages au départ tout est dans ta tête, puis à un moment donné tout est dans ton cœur ». Il y a 7 jours précisément, j’ai littéralement compris la signification « Tête au Cœur » dont il me parlait. Non seulement quand dans ma tête j’ai compris que j’aimais le Bénin, j’ai littéralement pris un coup au cœur.

Alors voilà. Je suis désormais éprise de voyages, de découverte de l’autre. J’espère éprouver encore souvent cette vibration de la tête au cœur et espère pouvoir encore le partager avec des gens aussi formidables que ceux que j’ai pu rencontrer au Bénin.

Come with me… au Bénin #3

DSC_0634.JPG

Je me plains… des mouches qui s’efforcent de passer juste à côté de mes oreilles dès que je passe dans le potager… des vagues de l’océan, qui ne me permettent pas de nager comme bon me semble sans risque de noyade… des moustiques sans égard qui me bouffent et me rebouffent quelques soit le temps, l’heure et mon occupation… de ces fourmis qui nous snobent au-dessus de l’évier, sur mon pain, sur tout ce qui leur paraît comestible et à leur portée… de cette chaleur incessante malgré une saison hivernale… de ces fichues climatisation dans les voitures et restaurants, qui me rendent malade et qui me donne la voix rauque… de cette moustiquaire qui une fois durement bordée doit être aussitôt défaite puisque l’eau de survie nocturne a été oubliée ou qu’une bestiole s’est faufilé à l’intérieur… de ces pluies en pleine saison sèche, qui donnent le loisir aux serpents de sortir de leur cachette… de ce filet de transpiration qui me recouvre le corps, à tout moment du jour ou de la nuit, peu importe les douches froides prises… de ces négociations incessantes pour des bouchées de pain… de ces banques qui ne me refilent jamais mon argent… de cette monnaie toujours nécessaire mais qu’il est impossible d’avoir… de ces « Yovo (« celui qui vient de la mer » = étranger), Yovo, bonsoir ! » incessants qui me rappelle que je suis étrangère, malgré les semaines passées à me promener dans le village… de cette nécessité de toujours devoir préciser « sans piment ! » ou « ce n’est pas trop épicé j’espère ? » lors des repas en dehors du Centre… de cette lenteur béninoise lors de réalisations de toutes tâches, jusqu’à attendre plusieurs heures avant de recevoir un plat… de la violence béninoise, envers eux-mêmes, entre enfants… d’être considérée comme un portefeuille du seul fait d’être occidentale…

Je me plais… à rencontrer et échanger avec les locaux… à ne pas toujours comprendre leur langue (le fon) mais essayer d’apprendre quelques mots… à être blanche, Yovo, parmi une population noire ; à être différente et à attiser la curiosité… à surprendre le sourire béninois à l’instant où je leur souhaite le bonsoir… à voir l’évolution des enfants de l’école du Centre, à observer leur changement de comportement à force de vivre auprès d’eux, leurs sourires, leurs rires, même timides… à dire « bonsoir » dès midi comme il en est de coutume, et de ne plus faire fi d’une luminosité incertaine en fin de journée… à photographier la lune et le soleil, dissimulés derrière les palmiers, les bananiers, les cocotiers… à lire une biographie d’un africain et d’en comprendre sa culture au cœur même de l’Afrique… à me baigner dans des eaux plus ou moins calmes, pas forcément faciles à dénicher mais tellement rafraichissantes… à (re)découvrir une nourriture saine, sans aucun préjugés, pour repartir avec une alimentation nouvelle et meilleure… à être demandée en mariage suite à 10 minutes de conversation avec un béninois, pour la simple raison que je suis blanche… à observer geckos et margouillats à longueur de journée, sur les murs et à l’intérieur de la maison… à constater une grande harmonie entre religions au sein d’un même pays… à profiter de la sieste et de la pause entre midi et 15h… à me sentir libre sur ce zem (taxi-moto), prêt à m’emmener partout, sans contraintes légales et sécuritaires… à vivre à une temporalité béninoise, laissant le temps d’avoir des journées complètes et remplies, sans pour autant trouver les journées longues, tandis que les semaines passent à une vitesse impressionnante… à profiter de chaque instant, de chaque chose, en effectuant une tâche après l’autre… à observer pendant des heures un paysage paradisiaque, même après une nuit parfaitement blanche… à écrire sur ce qui me plais et le déplais au Bénin.