Autopsie d’un père de Pascale Kramer

Autopsie d'un père.jpg

RÉSUMÉ : Ania, qui n’a guère vu son père Gabriel ces dernières années, apprend par sa nouvelle femme qu’il vient de se suicider. Cette mort volontaire semble faire suite au scandale qui a éclaboussé ce journaliste et intellectuel de gauche quand il a publiquement pris la défense de deux jeunes « Français » qui ont massacré un Comorien sans-papiers. Comment les haines ont-elles pu en arriver là ? Dans le village où il doit être enterré, l’ambiance est délétère, chacun prenant parti pour ou contre Gabriel. Que s’est-il passé pour que ce père en vienne à rétrécir ses vues au point de tremper dans une affaire aussi sordide et de devenir un paria ? En auscultant une France sous tension et au bord de l’explosion, Pascale Kramer nous offre un puissant roman sur le basculement politique et le repli sur soi, qu’elle met en scène de manière intime et collective.

Bonjour à tous. Avant de commencer je souhaiterai tout d’abord remercier Babelio ainsi que les Éditions Flammarion, qui m’ont permis par le biais d’une Masse Critique de recevoir ce livre et de vous le présenter aujourd’hui.

Une bonne lecture

Dans la mesure où j’ai lu ce roman en à peine une journée, je pense pouvoir dire qu’il ne m’a pas déplu. Pourtant je ne dirai pas qu’il m’a transcendé mais j’ai bien apprécié ma lecture, notamment par une magnifique plume que nous propose l’auteur. Elle nous permet de ressentir aisément ce que vit Ania, le personnage principal, qui se retrouve face à la mort inexpliquée de son père, qu’elle n’avait pas vu depuis plusieurs années.

Une histoire familiale plus que politique selon moi

Davantage qu’une question de politique selon moi, j’ai particulièrement remarqué que l’auteur s’attachait à nous dépeindre la vie plutôt difficile d’Ania. Elle se retrouve non seulement face à un père qu’elle n’a plus connu et qu’elle ne connaîtra par conséquent plus sauf au travers de sa belle-mère lors des préparatifs de l’enterrement ; mais elle mène à côté de cela une vie familiale compliquée avec son fils auquel elle est fortement attachée et dont elle s’efforce de préserver l’innocence de l’enfance. Pascale Kramer nous montre des personnages différents, qui ne s’accordent pas forcément du fait de leurs caractères, de leur vécu mais aussi de leur point de vue face à ce que Gabriel – le père d’Ania – a pu vivre. Je suis restée partagée sur ce que pouvaient penser chacun des personnages face à cette crise politique, tout en ne sachant au final pas réellement le fond de cette sombre histoire. En effet, contrairement à ce que le résumé annonçait, je n’ai pas vraiment perçu cette dimension politique, ni même la véritable raison du suicide. J’ai davantage ressenti ce roman au travers de la vie d’Ania, de ce qu’elle a pu vivre étant enfant, mais aussi de ce qu’elle vit au moment où elle ‘communique’ à nouveau avec son passé, son ancienne vie, avant le scandale. L’auteur navigue très bien entre ces différents moments d’existence, entre ces différentes temporalités, permettant de dresser un tableau complet du vécu de cette jeune femme.

C’était un roman très agréable à lire, bien que je n’ai pas totalement réussi à cerner le message que l’auteur à voulu faire passer en matière de scandale politique.

Les créateurs de Thomas Geha

Les créateurs

RÉSUMÉ : Il était une fois rien du tout. Il était une fois six histoires où le lecteur se retrouve confronté à des situations improbables, quoiqu’étrangement familières. Et si vous pouviez faire revivre un être disparu ? Et si votre rêve le plus fou pouvait se réaliser ? Et si votre vie était factice ? Et si l’amour n’était qu’un éternel recommencement ? Et si, et si, et si.

Voulons-nous vraiment connaître le jardin secret des personnes que l’on aime ? Dans ce cas, la cécité et le silence ne sont-ils pas nos meilleurs alliés ? Quel prix sommes-nous prêts à payer pour le découvrir ?

Toutes les vies animées au cœur de ces pages participent à la création d’univers proches du nôtre ou éloignés, réalistes ou fantasmagoriques. Mais tous ces mondes, tous ces personnages, introduisent les mêmes questions essentielles : qui sommes-nous et d’où venons-nous ? Qui donc se cache derrière notre existence et nos destins ?

Le recueil de nouvelles n’espère toutefois pas répondre à ces questions, il les explore avec toujours la même ambition : découvrir un peu de ce que nous sommes.


Du plus loin que je me souvienne (ce qui est très significatif de ma petite mémoire) je ne crois pas avoir déjà lu de nouvelles, autre que celles que je vais vous présenter aujourd’hui : Les créateurs de Thomas Geha.

Remettons tout dans son contexte…

Étant donné que je n’ai pas souvenir d’avoir déjà lu de nouvelles auparavant, j’avais quelque peu d’appréhension à la lecture de celles-ci. Pour la petite histoire, j’ai reçu ce livre d’un de mes profs de fac il y a trois ans maintenant, quand j’étais en formation dans les métiers des bibliothèques. Ce prof qui a eu la gentillesse de nous offrir un bon nombre de livres n’est autre que Thomas Geha lui-même – de son pseudonyme tout au moins. Il y avait un étalage de livres sur une table et celui-ci m’a plutôt tapé dans l’œil, j’aime énormément la couverture ! Une amie de ma formation, que nous appellerons Marititi, a choisi ce même bouquin et a eu la brillante idée de le faire dédicacer par notre cher professeur et écrivain, j’ai donc fait de même et je suis aujourd’hui détentrice de ce merveilleux recueil de nouvelles. Venons en d’ailleurs au fait : mon avis sur ce recueil.

Des émotions pour s’évader

C’est un recueil de six nouvelles fantastiques dont les mondes et époques sont très différentes. La première se déroule à Paris au XIXème siècle et nous plonge dans l’univers mystérieux des artistes. La seconde se déroule sur deux époques différentes, à Prague. L’auteur nous installe au cœur d’une histoire d’amour dont on ne souhaite qu’une seule chose, en comprendre les mystères. La troisième nouvelle est certainement ma favorite tant elle m’a émue, j’ai d’ailleurs pleuré, si l’on peut dire. Autant je peux pleurer pour tout et n’importe quoi, autant les larmes ont du mal à venir lorsqu’il s’agit de lectures ou de films/séries. Du coup si j’ai les larmes aux yeux, c’est que je pleure intérieurement ! Ce troisième récit se déroule à Noël, dans la Bretagne profonde, et narre l’histoire d’une jeune fille qui va en apprendre beaucoup sur son grand-père. Je ne vous en dit pas plus, mais sachez que j’ai trouvé cette histoire très émouvante. La nouvelle suivante, qui se déroule dans un monde futuriste, est très intrigante. Au même titre que le personnage principal, amnésique, nous avons envie d’en apprendre plus sur lui. La cinquième nouvelle est très poétique, très belle. Elle se déroule dans une maison et son mystérieux jardin. La dernière, quant à elle, m’a plutôt fait sourire. Légèrement décalée et intrigante, une histoire totalement loufoque !

Les créateurs est un très beau recueil que je recommande vivement pour s’évader un temps. Par ces émotions qu’il m’a fait passer, on peut dire que c’est un presque coup de cœur pour moi !

À bientôt !